SIEGE: Jour 5

Publié le par frangey

Ce matin, grasse mat'! On s'est levé à 07h30.

 

Hier soir on a eu la visite de la Croix Rouge qui a pris notre tension. Ils ont été appelé par le conseil municipal de St Cloud.

Tout le monde va bien!

 

Ce matin, un médecin nous a reçu à l'intérieur du siège pour faire un bilan perso à chacun de nous. Tension, rythme cardiaque, analyse d'urine rapide. Bilan: On est tous à jeun et on a déjà perdu entre 3 et 5kg!!!

Il repasse cet après-midi pour nous expliquer la situation d'un point de vue médical.

 

A 08h30, arrivée de Pascal et de sa femme.

Vers 09h00, Laurent arrive et va rester le week-end avec nous.Joao arrive également.

Vers 11h00, arrivée de Reynald, David et sa femme.

Les neveux de David et Patrick nous rendent également visite vers 12h00.

 

 

Au niveau des journaux: un bon gros article d'une demi page dans le Parisien.

On reprend contact avec l'AFP qui va passer faire une dépêche dans le week-end.

 

On l'a oublié hier, voilà un message très sympa.

On va vous expliquer comment il nous est parvenu: Un employé du siège a donné un petit morceau de papier plié en 8 à un de nous qui était sur le trottoir devant le siège. Il est vite reparti, de peur de se faire voir! C'est dire le climat qui peut régner à l'intérieur!

 2011-09-23-11.11.05.jpg

 

 

Visite du maire de Perrigny, Eric COQUILLE, qui vient nous soutenir.

 

 

Arrivée dans l'après-midi de Philippe et Nathalie qui ont amené également Delphine et Sandrine.

On va bientôt être plus nombreux devant le siège qu'à l'usine! C'est cool.

 

Lecture de l'Yonne Républicaine sur internet:

  • un bel article sur l'usine
  • un second  article sur le conseil général qui a attiré toute notre attention: Les conseillers généraux nous soutiennent, seul Jean Marie ROLLAND, conseiller général et député UMP, se distingue en nous tirant une balle dans le dos!

C'est pourquoi, nous tenions à l'informer de notre profond dégout. Pour nous, c'est inadmissible de voir qu'un élu de notre département ne nous soutient pas ouvertement alors que ceux des Hauts de Seine (maires, députés et sénateurs)  le font.

Monsieur ROLLAND, cela fait trois mois qu'on laisse la direction nous expliquer la situation et on vous garantit qu'on n'avance pas beaucoup, on pourrait même dire qu'on recule! Si vous n'avez pas bien compris, on ne veut pas entendre parler de mesures compensatoires mais de solutions pour maintenir l'activité industrielle telle qu'elle existe déjà à Frangey. On ne compte pas sur vous pour nous aider dans cette tache, on vous a déjà vu à l'oeuvre avec le Ministre BESSON à l'assemblée nationale, et il est clair que vous n'étiez pas très convaincant, ni très convaincu d'ailleurs par ce que vous disiez.

Une dernière info pour vous monsieur ROLLAND, si CEMEX serait une mauvaise piste avec ses 17,5 milliards de dollars de dette, alors que dire de LAFARGE et de sa dette de 14 milliards d'euros soit 18,9 milliards de dollars!

 

 

En fin d'après midi, vers 18h00, Nicolas DUPONT-AIGNAN, député de l'Essonne, vient à notre rencontre devant le siège. On lui explique la situation succintement. Il connait apparemment bien ces grandes entreprises qui ne portent aucun égard envers leurs salariés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Karen CAGIN intervient et M GUILLEN arrive quelques minutes plus tard. Après une brève discussion avec Nicolas DUPONT-AIGNAN, M GUILLEN repart la tête basse. Une fois de plus, il démontre le manque de compétence certain de la direction en matière de communication. Pour un chargé de relations extérieures avec les politiques, M GUILLEN a bien du mal à s'exprimer et, pour ne pas faire de bourde, préfère se taire et  s'esquiver pour aller faire son compte rendu à notre directeur général.

 

 

 

Arrive ensuite une journaliste de l'AFP, qui vient réaliser une dépêche. Elle échange avec Jean Claude GALLAUD, Nicolas DUPONT-AIGNAN et les grévistes de la faim.

 

 

 

 

Encore du soutien des "voisins" de St Cloud qui nous fait super plaisir, encore merci à eux!

On lit régulièrement les commentaires sur petitionpublique.fr et sur le blog et on peut vous garantir que ça nous remonte à bloc.

 

A 22h30, extinction des feux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BOURAUX Isabelle 28/09/2011 14:22


Amis de Frangey, je ne sais si la visite de M. Vals servira la cause des sites fermés et regroupés dans le but d'accroitre leur compétitivité. En tant que membre du Parti socialiste en effet, ses
options sont social-démocrates et par là même, libérales. Les partis sociaux-démocrates n’ont pas pour ambition de faire sortir la France, ni les pays européens qui le souhaiteraient, de la spirale
de la concurrence libre et non faussée, ni de la finance actionnariale, ni de la finance de marché. Pierre Moscovici un autre « socialiste » devant un parterre de l’institut de sciences po Lyon
disait au printemps que le PS se définissait comme n’étant ni de gauche, ni de droite……Mais les PS sont duplices, ils viennent faire un petit tour pour dire qu’ils sont de gauche et par ailleurs
fourbissent des programmes politiques de droite libérale avec juste un petit coussin social pour amortir le choc de la concurrence.
Je vous propose, si vous ne l’avez déjà fait, d’agrémenter le temps dévolu à votre grève de la faim, d’auditions telles que celles de l’honorable et éloquent chercheur en sciences économiques,
Frédéric Lordon, Cnrs, que vous pouvez entendre dans les archives du site « là bas si j’y suis.org » ainsi que Serge Halimi parlant du libéralisme. Je vous conseille les articles toujours de M.
Lordon – quoique son style littéraire soit un peu tortueux - dans son blog du monde diplomatique, « la pompe à phynance ». Dans un article de juin 2011 « qui a peur de la démondialisation » il
donne ses perspectives d’avenir, celles de l’après crise de la finance. Je vous souhaite bon courage. Il faut en effet essayer de lutter partout où nous pouvons le faire ! De tout cœur avec vous


syn 27/09/2011 21:32


BON COURAGE! BRAVO POUR VOTRE COMBAT


jean-marie bardet 25/09/2011 21:16


merci les gars! votre détermination et votre courage prouvent qu'il est possible d'y croire.vous n'êtes pas seuls, et vous aurrez gain de cause; votre direction est perturbée, l'oppinion public est
ravi de découvrir comment cela ce passe, et les médias relatent.
P.S: éric, bientôt vous serez parmi vos voisins soulagés, et nous pourrons nous faire une "bonne bouffe". ( nous pourrions même prévoir l'appero!). bon courrage et encore merci.


patrice vadot 25/09/2011 12:54


Bonjour à toutes et tous, je voudrais réagir au com de pat18, je ne pense pas que ce blog soit un lieu de polémique mais de soutien, et au lieu de se déchirer ici, il vaut mieux garder notre
énergie pour les jours à venir, car je crois que nous sommes tous concernés par ce qui va arriver. Lafarge ne va pas se contenter de fermer Frangey, il y aura encore 2 usine à fermer et sans doute
plus vite que l'on croit. Le combat de mes collègues de Frangey ( ma terre natale) est aussi le mien et devrait être celui de toutes et tous employés de Lafarge. On a su créer de la richesse par
notre travail, notre compétence, notre implication, et il serait temps que enfin, nos dirigeants prennent plus en considération le coté humain que le coté finance.
En tout cas, bravo à vous, amis de Frangey, vous êtes la plus petite usine du groupe et c'est vous qui remuez le plus, que cela nous serve de leçon, et j'espère que dans les usines ça insistera à
réfléchir.
Bon courage pour la suite.
Patrice de port la nouvelle


DEDE 24/09/2011 23:56


Les vraies raisons du projet de fermeture de l'usine Lafarge de frangey.

Voici pourquoi, on en est la.

http://www.lafarge.fr/12102007-press_finance-orascom_acquisition-fr.pdf

Cela mériterait, purement et simplement la démission de notre PDG M.LAFONT.

Non seulement, il n'a pas tenu ses engagements et plus fort, il est à l'origine de notre dette pharaonique.

Tout simplement, inadmissible.

Il n'a pas su prévenir des soulèvements des peuples du moyen orient, de la crise économique mondiale de 2008 (que nous subissons encore aujourd'hui).

M.Lafont essaie de panser les blessures qu il a lui même infligées au groupe Lafarge.
Comment? En vendant un peu partout dans le monde des cimenteries, les plâtres et maintenant en fermant des usines en france.

INTOLERABLE. Il fait payer SES erreurs aux salariés Lafarge

Dette Lafarge 2007 environ 8.7 milliards d'euros. 72% d'endettement.
Dette Lafarge 2008 environ 17 milliards d'euros. 141% d'endettement.

Tout est vérifiable sur le net, en cherchant un peu :).