SIEGE: Jour 2

Publié le par frangey

Après une nuit un peu fraiche, lever à 07h00 pour tout le monde pour accueillir les salariés du siège comme il se doit...

 

Ce matin, consultation des journaux: on parle de nous dans l'Humanité, le Figaro, le Parisien, et peut être d'autres...

Pour le Parisien et l'Humanité, deux journalistes sont passés pour faire un article plus détaillé avec photo demain.

 

France 3 est venu faire un reportage sur nous avec vidéo et interviews: à voir demain également.

 

Certains expliquent la situation aux médias, d'autres aux passants et aux personnes qui viennent nous soutenir spontanément. Merci d'ailleurs à Michelle qui nous a soutenus tout au long de la journée . Quand on a un peu de temps "libre", on se repose car les jambes commencent à tirer, on joue aux cartes et on lit.

 

Vers midi, notre directeur, Rachid BENHYAKHLEF a enfin décidé de venir nous dire bonjour. Il trouve la situation insupportable...sûrement plus pour l'image du siège que pour nous!

2011-09-21 12.48.43

Rachid le nettoyeur tient toujours son discours monocorde: Frangey doit fermer et on va s'occuper de chaque cas personnel attentivement. Il nous propose de nous réunir autour d'une table pour nous réexpliquer les motifs de son projet, pendant des heures s'il le faut. Mais lorsqu'on lui parle par exemple du développement des stations de broyage alors que le marché est déjà en surcapacité, son discours stéréotypé ne fait clairement pas le poids. Les deux vidéos réalisées à cette occasion en témoignent.

 

Lors de cette discussion, nous avons eu la visite de J.Y. CAULLET, conseiller régional de Bourgogne et maire d'Avallon. Ce dernier nous a soutenu et a témoigné en faveur du maintien de l'outil industriel et des compétences du personnel de Frangey sur le site bourguignon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Désolé pour la qualité, on fera mieux la prochaine fois

 

Conclusion de la discussion:

  • Le nettoyeur nous propose de nous recevoir afin de nous réexpliquer ces motivations (des fois qu'on ait mal compris!)
  • Nous lui proposons de le rencontrer afin de lui présenter nos solutions qui permettraient de sauver Frangey. Il nous répond :"Je vous entends"...et s'en retourne vers son bureau, la tête basse.

16h00: Mise à jour du blog et rencontre avec un journaliste du Monde.

 

 

Citation du jour par une journaliste fraichement sortie du bureau de la direction ce matin:

"Ils sont prêts à vous offrir le paradis... mais pas à Frangey"

 

Réponse des grévistes de la faim:

"Nous, notre paradis, c'est à Frangey qu'il est!"

Publié dans archives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dominique ORHAN 23/09/2011 12:03


Lafarge doit renoncer à son projet de fermeture car rien ne le justifie.Les patrons voyous l'ont orchestrée en dépouillant l'usine de Frangey de ses clients et aujourd'huy ils osent dire que
l'usine est en surcapacité dans un marché de petite taille...c'est une HONTE.Aujourd'huy 14 salarié font la greve de la faim devant le siège social à St Cloud pensez vous une seconde... qu'ils
risquent leur vie pour RIEN. Union Locale CGT de Tonnerre.


patrice vadot 21/09/2011 20:25


je suis de tout coeur avec vous les gars, courage, votre détermination est votre force.


rey 21/09/2011 20:15


Salut les potos, ben heu primo ça fait plaisir de vous voir en presque "vrai" sur daily(les photos c'est cool mais de vous voir c'est mieux ;) On vous soutient à distance mais on est de avec vous,
vous devez bien vous amuser avec les bouffons qui vous entoure mdr Quels tristes personnages,répondent po aux questions précises ou alors c'est du vent comme d'had. Tout pleins de vérité ont été
dites, et de la part de lafarge j'esquive comme d'hab. Merci aux citoyens et aux politiques de continuer à nous suivre.

Bises à tous

PS: 2 ou 3 vidéos de tps en tps c'est vachement plus parlant et plus cool de vous voir

BY BY et courage BANZAIIIII

rey


Le Guen Marcel 21/09/2011 19:36


Salut fraternel de la part d'un ancien qui a connu tant de luttes dans votre profession et qui a eu l'honneur de participer a quelques unes d'entre-elles. Bon courage à vous pour votre lutte
sachant que les batailles perdues d'avance sont celles qui ne sont pas menées. Fraternellement à Vous.
Le Guen Marcel